Hommage à une amie qui m’est TRÈS chère !

Publié le par nico-ecolo

Troisième et dernier hommage ! Celui–là va « parler » d’une amie que j’aime tout spécialement. Si elle vient sur ce blog, elle se reconnaitra, j’en suis sur. Caroline, si tu me lis, je te fais de GROS câlins virtuels.

  LAUTREC - modifié

C’est une amie que j’apprécie particulièrement (parmi toutes celle que j’aime et qui m’ont aidé à être un « meilleur moi–même »). Cette amie, je la connais depuis la 3ème (donc depuis 4 ans). On était dans la même classe en 3ème et en 2nd, et elle faisait l’« option théâtre » (dont j’ai déjà parlé ici) avec moi de la 2nd à la Terminale (donc ça rapproche).

C’est une amie qui à eu le cran et le courage suffisant pour me supporter (comme tous mes amis). En 3ème, j’étais un petit enquiquineur (et c’est un euphémisme, je trouve). Je n’arrêtais pas de la taquiner, de l’embêter, de l’enquiquiner… Je lui disais qu’elle était folle et elle voulait que j’arrête (mais on est tous fou dans notre spécificité, moi le premier). Et tout compte fait, je suis devenue son ami (1 an après je crois).

C’est une amie qui, avec une de ses copines (qui était aussi dans la classe), m’ont beaucoup aidé (surtout en 3ème). Elle « m’ont poussé à me surpasser ». Je ne travaillais pas des mas et elles elles avaient toujours de bonnes notes. Alors, je voulais, un jour, pouvoir les dépasser, avoir meilleur qu’elles. Ce qui a fait que j’ai tout fait pour y arriver. Je les ais souvent égalé mais jamais surpassé (aujourd’hui encore sauf au « bac théâtre » :p).

Puis, nos chemins se sont séparés. Nous sommes allés chacun de notre côté. Moi, en BTS Comptabilité et Gestion des Organisations ; elle, à Science Po. Mais je souhaite de tout cœur, que nos cœurs ne se séparent jamais. Et que notre amitié dure toujours…

C’est une amie que je voudrais revoir… Et, peut importe ce qu’elle fera, elle aura toujours une place un peu particulière dans mon cœur.

 

Et j’aimerai finir par un très beau poème qu’elle (avec le groupe) à écrit lors du programme « Vision lycéenne des camps d’Auschwitz–Birkenau », organisé par le Conseil d’Île–De–France. Ce programme à pour but de faire découvrir aux jeunes lycéens l’histoire, afin de ne pas oublier.

C’est une journée en Pologne, où il découvre archives, témoignages, documents, espérance, chance, survie… Mais aussi horreur, terreur, haine, calvaire…

 

A terme de cette journée, ils doivent faire une affiche, pour rendre compte et « faire un travail de mémoire ».

Je voudrais présenter ce très beau poème qu’a écrit le groupe de notre établissement qui y est allé en 2009/2010 :

 

QUAND LE TÉMOIN S’ÉTENDRA

LE FLAMBEAU DU SOUVENIR PERSISTERA

 

L’aube d’une longue nuit

 

La vie est dans sa voix

Les larmes sont dans son cœur

Mais il n’a pas eu le choix

Et son étoile se meurt

 

On assassinait cyniquement l’homme

Et on exterminait froidement leur corps

Dans un infâme royaume

Où le sang, la sueur, et les larmes aboutissaient à la mort

 

Comme dans un cauchemar, il a vu le temps passer

Et même les pierres en silences

Hurlaient leur douleur dans le sablier

Et aujourd’hui, il soupire : « J’ai eu de la chance »

 

Il sourit le rescapé

De l’amour dans chacune de ses rides creusées

Il a encore confiance en l’Humanité

À nous à présent, de ne pas oublier

 

Ci–dessus, l’affiche du « travail de mémoire », où ce poème figure.

 

Source : le site de la mémoire de la Shoa

Publié dans Autres

Commenter cet article