Consommons autrement ou le Père Noël est-il une ordure ?

Publié le par nico-ecolo

À l’approche de Noël, fête mythique, nos enfants ont les yeux qui s’illuminent et qui pétillent sur la toute dernière nouveauté de chez JouéClub, et autre machines à consommer et à standardiser notre monde. Analyse d’un monde « humanideau » (néologisme, mélange des mots « humanitaire » et « cadeaux » = soit disant, pour être humanitaire, il faut couvrir les pauvres de cadeaux – et les faire, eux même, rentrer dans La Logique de Consommation –).

 

I/ Bon à savoir

Un point d’histoire :

À partir du IIIe siècle, certaines communautés chrétiennes cherchent à situer dans l’année la date de naissance de Jésus.

 

Noël est donc une fête chrétienne célébrant chaque année la naissance de Jésus de Nazareth, appelée Nativité.

 

Joyeux noël 

C’est une fête particulièrement importante pour les chrétiens car c’est le « moment » où Marie enfanta le Messie au monde.

 

Mais qui est le Messie ?

Je vais essayer de l’expliquer : c’est le fils de Dieu qui est venu au monde pour sauver les hommes du pêché. On lui attribue différente sorte de miracle dont le 1er fut aux noces de Cana, puisqu’il détourna l’usage habituel des jarres et il transforma l’eau qu’elles contenaient en vin. S’en suivi d’autres miracles comme la guérison d’un aveugle, d’un paralysé, de malades… Puis, à l’âge de 30 ans, il fut condamné à être crucifié sur le mont Golgotha (« lieu du crâne » en hébreux). Puis, le 3ème jour après, il ressuscita et apparu aux disciples pour les envoyer porter la bonne nouvelle.

 

Cependant, la naissance de Jésus (la Nativité) est traditionnellement fêtée le 25 décembre, à Noël, mais cette date est entièrement conventionnelle, et n'a rien d'un « anniversaire » (l'Église apostolique arménienne a pour fête de Noël, la date du 6 janvier). Noël avec Pâques constitue une des grandes fêtes chrétiennes.

 

D’année en année, Noël s'est progressivement chargé de traditions locales, mélanges d'innovations et de maintien de folklore ancien, au point de présenter l'aspect d'une fête profane populaire possédant de nombreuses variantes, dans le temps comme dans l'espace. L'association de la mémoire d'une naissance a facilité la place centrale prise par la famille dans le sens et le déroulement de cette fête.

 

 

Le père noël :

 

Le père Noël est un personnage légendaire et mythique lié à la fête de Noël.

 

Il est l'équivalent français du Santa Claus américain dont le nom est lui-même une déformation du Sinterklaas (saint Nicolas) néerlandais.

 

Il est aussi largement inspiré de Julenisse, un lutin nordique qui apporte des cadeaux, à la fête du milieu de l'hiver (la Midtvintersblot), ainsi que du dieu celte Gargan (qui inspira le Gargantua de Rabelais) et du dieu viking Odin, qui descendait sur terre pour offrir des cadeaux aux enfants scandinaves.

 

De Julenisse, le Père Noël a gardé la barbe blanche, le bonnet et les vêtements en fourrure rouge.

 

En Australie : il effectue la distribution à bord d'un traîneau volant tiré par des rennes (ou sur une planche de surf).

 

En France : il entre dans les maisons par la cheminée et dépose les cadeaux dans des chaussures disposées autour du sapin de Noël ou devant la cheminée

 

En Amérique du Nord et au Royaume-Uni : il les dépose dans des chaussettes prévues à cet effet accrochées à la cheminée, ou tout simplement sous le sapin.

 

En Islande : il dépose un petit cadeau dans une chaussure que les enfants laissent sur le bord d'une fenêtre dès le début du mois de décembre.

 

Au Québec : les cadeaux au pied du sapin sont de mise, en plus des « bas de noël » disposés sur la cheminée dans lesquels on met les petites surprises.

 

Selon les familles, la tradition veut soit que l'enfant fasse une liste de cadeaux qu'il désire pour Noël, soit que le père Noël décide « lui-même » quels cadeaux mérite l'enfant.

pere noel vert

 

 

Une légende urbaine affirme que la société « Coca Cola » a créé l'image moderne du Père Noël sous les traits d'un vieil homme habillé en rouge et blanc, autrefois vert et rouge (ce n’est qu’une légende, à vérifier donc).

 

Publicité de Coca Cola qui revêt ses couleurs (rouge et blanc) :

pere-noel-rouge-coca-cola  

II/ Vers une paupérisation de son esprit convivial ?

Au XXIe siècle, Noël revêt un aspect largement profane. Elle est devenue une fête commerciale et un moment de l'année célébré, y compris par des non-croyants.

Cette fête est caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas et d'un échange de cadeaux, particulièrement (mais pas seulement) à destination des enfants, qui dans plusieurs pays occidentaux associent ces cadeaux au personnage du Père Noël.

 

Alors qu’à l’origine, noël était une fête qui doit symboliser la vie, la renaissance, le soir où l’on peut espérer ; peu à peu, Noël se vide de sens, tel une bougie qui se consume lentement.

Les cadeaux ont désormais remplacé l’Esprits de cette fête (l’Avoir aurait remplacé l’Être).

 

Pourquoi fête t–on noël ?

Pour avoir toujours plus de cadeaux, qui de toute façon vont finir dans le recoin du placard, à croupir pendant que l’enfant s’extasie devant la toute dernière nouveauté, qui va elle-même être remplacée peu de temps après, etc… Telle est la « Loi de la Société de Consommation ».

Ou, alors, pour être entouré de sa famille – que l’on voit à peine pendant l’année – pour rigoler, partager, bavarder, se raconter des histoires (pas toujours très drôles) – où les cadeaux ne seraient pas le moteur de la soirée –… Bref, un bon moment en famille – comme on en a rarement, hélas –.

 

Cette fête, en particulier, pose la question : voulons nous vivre dans une société matérialiste – où tout est basé sur l’argent, la consommation, la croissance démesurée – ou bien dans une société immatérielle – qui se basent sur l’Humain, la mesure, la responsabilité, l’éthique – ???

 

A ce propos, je voulais te donner mon point de vue sur la question :Noel 0714 

Je trouve qu’il est mieux d’offrir un cadeau qui vient de soi plutôt qu’un cadeau qui vient d’« on ne sait où » (sans doute fabriqué, en Chine, par des multinationales qui ne respectent pas les droits de l’enfant).

 

Par exemple :

Pour les fêtes, à mes amies, j’offre des poèmes « Made in France ».

Je vois plusieurs avantages à cela :

 

¯     Tu es sûr de la traçabilité de ton produit (cela vient de toi, et non d’un pauvre enfant sous–payée du fin fond de l’Asie centrale).

 

¯     C’est quand même vachement plus écolo d’imprimer une feuille (et moi, j’imprime mes poèmes sur du brouillon, en plus) ; plutôt que d’acheter une « merde » déjà toute faite avec des composants ultra sophistiqués, un mode d’emploi de 120 pages en 10 langues différentes, venu par avion puis par camion jusqu’au distributeur accessible, lui-même, uniquement en voiture.

 

¯     C’est plus personnel que quelque chose déjà toute faite. Tu mets tes sentiments, ton talent d’écriture, et puis, aucun de tes poèmes ne se ressemblera, ils seront tous uniques – alors que la « merde » de chez Casto existe en 1 001 exemplaires. Dans un objet, il n’y a pas d’âme, ils n’y a pas d’esprit subtil. Il est impersonnel ; alors qu’un poème (ou une peinture, si tu fais de la peinture, ou tout autre chose « Made in toi-même »), cela vient de ton cœur, de tes tripes, tu y as mis un peu de toi pour le faire. Et je peux te certifier que cela fait plaisir et que ça ne croupira pas comme les jouets. Par exemple : j’ai une amie qui, chaque fois que je lui offre une poésie, l’accroche au mur.

 

¯      Et puis, comme je dis souvent : « Ne suis-je pas plus présent qu’un présent ? ».

 

De quel droit laisserions-nous Noël devenir une fête vide de sens qui, au final, va devenir comme toutes les autres fêtes : englouti par le consumérisme, rongé par la course vers le « toujours plus » (« no limits »), et défiguré par le « possessif ».

 

Il ne faut pas oublier que Noël est une fête qui se veut ouverte, accueillante, chaleureuse, qui se base sur l'humain (une naissance).

 

Le don est présent dans de nombreuses traditions, comme celle de servir un repas au premier pauvre croisé au jour de Noël, ou dans l'exceptionnelle générosité des aumônes accordées aux mendiants à la sortie de l'office célébré durant la nuit de Noël.

 

Ne tombons pas dans cette paupérisation de Noël, dans les travers que la Société veut nous imposer. Soyons plus intelligent et arrêtons cette folle course aux cadeaux (que l’on n’emportera pas au paradis, de toute façon (Évangile selon Saint Matthieu, verset 19–21))

 

« La période de Noël, qui est très chargée cérémoniellement, possède une certaine intensité rituelle. Même si nous vivons fondamentalement dans une société marchande, il y a dans cet échange de cadeaux quelque chose qui est de l'ordre du don et qui est universel dans son principe : ils créent, maintiennent et consolident des liens ; ils constituent en quelque sorte une matrice du social.», dit Michel Audétat dans L'Hebdo n° 50, décembre 1996, en reprenant Gérald Berthoud (professeur d'anthropologie culturelle et sociale à l'université de Lausanne).

 

Néanmoins, on peut dire que Noël est toujours une fête de partage, d’échange, de joie (malgré le fait qu’elle se base sur les cadeaux, les excès et les orgies*, hélas !). De par le cadeau – aussi impersonnel soit t’il –, les enfants (et même les adultes, qui ne sont que des grands enfants) nous témoignent leurs Amours, leur Attachements. Le seul regret que j’ai, c’est que les cadeaux deviennent des excuses pour se faire pardonner quelque chose, ou des prétextes pour penser à l’autre, ou encore des substituts à la tendresse, aux caresses, aux étreintes empreints d’Amour.

 

Orgies* : Débauche de table et de boisson accompagnée de débordements licencieux**

 

Licencieux** : [En parlant d'un attribut de la pers., d'une création humaine] Qui porte la marque d'une certaine indécence, d'un dérèglement moral; qui invite à la débauche, déréglé, indécent. Contes (TLFI : Trésor de la Langue Française Informatisé).

 

 

 

De plus le Père Noël est désacralisé par la publicité. Par exemple : à la radio, il y a une pub qui met en scène le Père Noël au téléphone avec la société Toys"Я"Us®, afin de passer sa commande auprès d’une téléopératrice de cette même entreprise. Si l’on analyse, cela voudrait-il dire que le Père Noël serait substitué par des vendeurs, des marchands, des commerçants et perdrait ainsi sa fonction sacré qu’on lui attribue.

 

Associer ce personnage sacré (qui est extérieur au monde) et notre société de Consommation me parait bizarre, pas toi ??

biglogo_toysrus.gif 

® : Indique une marque déposée (de l'anglais registered). àWikipédia, la source du Bonheur ( (ou presque=))

 

De plus, j’ai entendu, sur NRJ12, que certain personnes se battaient pour des jouets. VIVE L’ESPRIT CONVIVIAL DE NOËL !!!

   

Imaginons un Noël sans cadeaux, où tout le monde serait heureux de se réunir, de se retrouver en famille pour partager un bon moment autour d’une magnifique dinde, ou d’un délicieux foie gras.

 

Sans cadeaux, juste pour profiter du moment de retrouvaille. Mais est-ce possible ???

 

 

Reparons-et-Re-Parons.jpgUn site dont le principe est de redonner « vie » à Noël : http://www.reparonsnoel.org/

 

Interview de sa créatrice : http://partimonkiki2.blogspot.com/2011/11/temoignage-la-creation-dun-blog.html

 

 

 

 

Sur ce, JOYEUX NOËL (un peu en retard) ET BONNE ANNÉE (un peu en avance) À TOUS !!!

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/No%c3%abl

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A8re_No%C3%ABl

http://www.fcointe.com/blog/index.php/2008/12

 

 

Pour + d’infos : Faut-il laisser les enfants croire au Père Noël ? 

Publié dans Sujet de fond

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article